L’ergothérapie : qui en a besoin ?

Ergothérapeute

On en entend parler de jour en jour ces dernières années comme d’une thérapie de réadaptation, en cas de handicap, d’enfants ou d’adultes souffrant de maladies ou de troubles physiques ou mentaux. Il s’agit de l’ergothérapie, une discipline de réadaptation qui promeut la santé et le bien-être par l’occupation. C’est-à-dire l’utilisation d’activités quotidiennes, manuelles et ludiques pour améliorer l’adaptabilité physique, cognitive, sociale et psychologique d’une personne. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ? Dans quels cas, en particulier, peut-elle être utile ?

Qu’est-ce que l’ergothérapie ?

L’ergothérapie est une discipline de réadaptation qui, en utilisant les multiples activités de la vie quotidienne comme support privilégié, par une intervention qui peut être individuelle ou de groupe, implique la personne dans sa globalité afin d’améliorer sa qualité de vie. Les occupations sont définies comme l’ensemble des activités de la vie quotidienne qui sont significatives dans le contexte culturel de la personne, appropriées à son âge, choisies, organisées et réalisées par chaque individu pour prendre soin de lui-même et contribuer à la vie économique et sociale de la communauté.

Les occupations, en particulier, sont généralement réparties dans les trois domaines suivants :

  • soins personnels: s’habiller, manger, se laver, etc. ;
  • activités productives: travail ou école ;
  • les loisirs: sports, jardinage, etc.

En d’autres termes, l’ergothérapie intervient dans le domaine de la prévention, du traitement et de la réadaptation des personnes souffrant de maladies et de troubles physiques et mentaux, ainsi que de handicaps temporaires et permanents. Elle utilise pour cela des activités expressives, manuelles représentatives, ludiques et de la vie quotidienne. De cette manière, les patients sont activement impliqués dans le processus de rééducation et les résultats de l’ergothérapie sont diversifiés et adaptés à chacun.

Si vous recherchez un ergothérapeute pour prendre soin d’un de vos proches, différentes options s’offrent à vous. Vous pouvez, par exemple, vous rapprocher des autorités sanitaires dans votre localité ou des organisations professionnelles. On peut aussi se tourner vers les plateformes comme Bulle Santé afin de dénicher rapidement une équipe paramédicale qui est capable de répondre à ses besoins. C’est le cas si vous recherchez des professionnels libéraux comme des ergothérapeutes, des neuropsychologues ou encore des psychomotriciens. Il en est de même pour ceux qui veulent avoir les coordonnées d’un établissement de santé, d’un spécialiste du secteur médio-social, d’un suivi en cabinet ou à domicile. Vous pouvez contacter l’équipe de Bulle Santé à l’adresse 68 Rue Villon, 69008 Lyon.

Un parcours de rééducation sur mesure

Les activités proposées aux patients dans le cadre de l’ergothérapie sont soigneusement sélectionnées et graduées en fonction des besoins et des souhaits de la personne. Par ailleurs, des éléments tels que l’âge, le contexte social et la maladie de la personne. Grâce à l’observation et à l’analyse des performances professionnelles de la personne, l’ergothérapeute évalue et élabore le programme de réadaptation du patient.

Cela lui permet de promouvoir la participation à la vie quotidienne, en intervenant également dans les environnements de vie, tels que le domicile, l’école ou le lieu de travail. En effet, chaque patient a un bagage d’histoires et d’émotions qu’il apporte avec lui pendant le traitement, un bagage qu’il partage et qui le définit. L’ergothérapie utilise ce bagage pour récupérer ou compenser les compétences perdues.

Dans quels cas est-elle utile ?

L’ergothérapie prévient, traite et réhabilite :

  • les personnes en âge de développement (de la naissance à 18 ans) souffrant de pathologies telles que l’infirmité motrice cérébrale infantile ou les troubles de l’apprentissage, le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et les troubles du spectre autistique ;
  • les personnes en âge gériatrique afin d’assurer le maintien de l’indépendance dans la vie quotidienne et de prévenir les risques ;
  • les personnes atteintes de maladies neurologiques, y compris les accidents vasculaires cérébraux, les traumatismes crâniens, la sclérose en plaques et la maladie de Parkinson ;
  • les personnes atteintes de maladies rhumatologiques et orthopédiques, notamment l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et les fractures ;
  • les personnes souffrant de troubles psychiatriques tels que la schizophrénie, les troubles bipolaires et la dépression.